phlebite.org titre

Embolie pulmonaire

Une embolie pulmonaire survient lorsqu'un caillot de sang vient bloquer le flux sanguin irriguant un poumon. Le caillot de sang se forme, dans la quasi totalité des cas, au sein d'une veine profonde d'une jambe ou d'un bras. Le caillot va ensuite se détacher et rejoindre l'artère pulmonaire.

Symptômes

L'embolie pulmonaire se signale par une dyspnée (une difficulté à respirer ), une douleur thoracique, une augmentation du rythme cardiaque. Dans certains cas, on observera une toux sanglante (hémoptysie) et une fièvre persistante. Les symptômes peuvent varier considérablement par leur nature et leur intensité d'un cas à l'autre. L'intensité des symptômes et de la douleur n'est, en outre, pas entièrement corrélée à la gravité réelle de l'embolie. Dans tous les cas, toute douleur thoracique justifie une consultation médicale urgente, rendez vous dans un service d'urgence si vous ressentez ces symptômes.

Diagnostic

Tableau clinique

Le diagnostic est idéalement posé à l’hôpital au sein d'un service d'urgence. Le diagnostic est rendu difficile par la diversité des symptômes par lesquels peut se signaler une embolie pulmonaire. Le praticien, dans le cas d'une possibilité d'embolie pulmonaire va utiliser ce que l'on appelle l'échelle de Wells. Il s'agit d'un ensemble de signes permettant d'évaluer la probabilité d'une embolie pulmonaire. Chaque signe éventuel (notamment la présence d'une accélération cardiaque, des antécédents de phlébite etc) est affecté d'un nombre de point donné, en additionnant les points le médecin pourra évaluer la probabilité d'une embolie pulmonaire en cours.

Analyses sanguines

Des analyses sanguines sont généralement pratiquées. Sont recherchés le niveau des D-dimères ainsi que le niveau d'oxygénation du sang. Les D-dimères sont des sous-produits de la dégradation de la fibrine. La fibrine étant un constituant majeur des caillots sanguins ( la fibrine est la "colle" qui va lier les glolubes les uns aux autres) le dosage des D-dimères est un test permettant de déterminer avec un degré de probabilité élevé la présence d'un caillot sanguin. A l'inverse, un niveau de D-dimères normal permet d'évacuer la possibilité d'un caillot sanguin.

Imagerie

Un produit de contraste est d'abord injecté par intraveineuse. Le produit va se répandre au sein de l'organisme, s'il n'atteint pas un poumon, on peut poser avec certitude le diagnostic d'embolie. La scintigraphie permettra en outre d'évaluer l'étendue de l'embolie (le nombre d'artère bloquée).

Traitement

L'embolie pulmonaire nécessite dans la quasi totalité des cas une hospitalisation pouvant durer de quelques jours à quelques semaines. Les cas les plus sérieux doivent être pris en charge dans un service de soins intensifs. Dans les cas les moins graves (caillots de petites tailles ne bloquant pas intégralement le flux sanguin) une hospitalisation de courte durée est à prévoir. Le traitement consistera en une prise d'anticoagulant en injection,(héparine) accompagné d'une oxygénothérapie (masque à oxygène). Dans les cas sérieux (embolies majeures avec un arrêt du flux sanguin vers le poumon) des traitements plus agressifs seront mis en place avec notamment l'injection de fibrinolytiques (médicaments dégradant la fibrine). Le traitement est puissant et entraîne un risque hémorragique important notamment en cas chirurgie récente. En cas d'échec des traitements médicamenteux, une intervention chirurgicale sera pratiquée visant à retirer directement les caillots sanguins.


Ci-dessous, vidéo expliquant le déroulement d'une embolie pulmonaire (en anglais)

rectangle gris Les informations contenues sur ce site sont données à titre purement informatif et ne peuvent remplacer une consultation médicale.
rectangle gris Conditions d'utilisation Contact © Medsource.fr